La vie d'aujourd'hui est elle seulement travail?

Auteur  
# 28/01/2011 à 19:38 Youpi
Un petit tour aux toilettes


Plouf! Ca y est on vient de naître. Nous voici enfermé dans un monde lisse et plat dont on ne peut plus sortir. Alors on flotte, tel un caca dans les cabinets. Car on ne sait pas encore ce que ce monde nous réserve. Puis un jour on tombe, tout s'écroule. Sans le savoir réellement on tombe. On va à l'école, on apprend l'humiliation, la haine. L'eau sale qui nous soutenait suit notre chute vers un trou noir. Ici tout sent la merde et donne envie de vomir. Alors on réalise ce qui nous arrive. Alors on essaie de remonter, de retrouver son eau sale car elle vaut mieux que cet endroit sombre. Mais l'eau crottée qui nous accompagne nous entraîne toujours plus profond. Puis on se dit que c'est comme ca qu'il faut suivre le courant. Alors on se met à travailler, on devient autant maléable que cet excrément qui ricoche piteusement contre les rebords de la tuyauterie et qui inondé d'eau, laisse à chaque choc sa trace putrescente. Après 40 ans de survie, on touche une retraite : un endroit où l'on existe plus. On se dit qu'il est temps de remonter mais on est comme un étron qui est tombé dans les égouts, on est plus qu'une infime masse meurtrie et puante dont on ne veut plus. On oublie les projets et on se laisse décomposer. Le colombin, du moins ce qu'il en reste, rejoint l'océan dans lequel il va se dissoudre.


------------------------



Je suis furieux de ce projet que nous devons tous réaliser,
un projet qui se dit indispensable à la liberté.
Cet aboutissement, créé et rempli d'abus,
ne mènera jamais au vrai bonheur que j'aurais voulu.
Pourquoi devons nous nous lever chaque matin
pour pouvoir travailler tous enchaîner dans le même pétrin,
à une chose faite pour nous détruire,
à un métier qui va nous voir dépérir?
Pour gagner de l'argent me dirais t-on.
Mais réellement que gagne t-on?
Ce petit tyran ou ce pauvre enchaîné
qui nous a donné cette triste monnaie
n'a seulement servi de relais
au vrai patron de notre société,
tous ces billets tant convoités
seront forcément rendu à cet enfoiré.
On ne gagne rien à part survivre,
mais il serait tant d'apprendre à vivre
En 1848, la France proclame la fin de l'esclavage.
Mais en 2011, elle n'a toujours pas abolie cette forme d'élevage!
Nous sommes une seule propriété
Acheté, vendu ou bien licencié.
Impossible de quitter notre boulot, notre enfer,
Car nous ne pourrons payer nos taxes financières.
Mais merde!
Je ne suis pas un objet, je n'ai pas de prix,
mais pas aux yeux de cette société qui me tarie.



Bon voila deux textes qui j'espère porterons à la réflexion.
# 28/01/2011 à 21:20 Dweel
Très jolis textes, je pense pour le premier peut-être qu'il faudrait mettre en relation avec ça une catégorie : "textes libres" pour tous les textes sans vraiment de liens concrets avec les catégories, bien qu'ici il y en est un. Le premier texte est tout simplement à mes yeux parfaits, mais le deuxième je changerais juste les rimes esclavage :) Sinon je me suis posé une question par rapport à ce sujet : Que peut-on faire à part travailler dans cette société?
# 01/02/2011 à 19:58 Youpi
Déjà merci à toi d'avoir pris la peine de lire mais surtout d'avoir répondu à ces deux textes.

Sinon pour répondre à ta question je me suis posé cette question : qu'est ce que le travail dans cette société?
Le travail aujourd'hui c'est le travail forcé où tu te lève chaque matin avec la haine de bosser et où tu y va quand même pour payer ton loyer, tu doit payer ceci, tu doit payer cela. Et tu bosse dans un seul intérêt qui est ta survie.
Puis il y a le travail qui n'est pas guidé par une seule chose qui n'est autre que ton propre intérêt. C'est celui où tu travailles dans le but d'aider l'autre et pas de le concurrencer. Mais c'est surtout celui qui te plait, que tu as envie de faire.
Donc bien sur qu'il est indispensable de travailler, tout simplement pour faire fonctionner la société mais revoyons déjà la méthode de travail.

Voilà voilà :)
# 02/02/2011 à 16:30 Dweel
Merci youpi de ta réponse. Le travail par la survie, c'est là le seul intérêt du travail oui. Nombreux sont ceux qui bossent pour l'argent et uniquement. Imaginons alors une société où l'homme ne serait guidé par l'argent, mais uniquement par la volonté de faire un travail qui lui plaît. Serait-il alors récompensé de son travail de manière simplement personnel, le plaisir d'avoir aidé son prochain, ou juste avoir bien accomplit quelque chose, ou alors certains métiers seront plus valorisés que d'autres encore? Car je vois déjà les réponses du genre : ouais si on gagne pareil autant faire éboueurs. Bien que je trouve honorable le métier d'éboueurs, je vois mal les gens le faire par "vocation". Faudrait il alors que les gens fassent vraiment le métier qu'il leur plaît pour qu'ils soient heureux dans leur travail? Je pense alors que beaucoup de métiers disparaîtraient. Dons je pense que le mérite est quelque chose de sympa pour le monde du travail, en changeant bien sur la vision du travail. Premièrement aucun métier ne serait dévalorisé. Deuxièmement : plus question de motivation par l'argent, de concurrence chacun fait ce qui lui plaît ( dans la mesure de possible bien sur ).
J'aurais pensé peut être aussi à quelques formations multiples. Je m'explique pour revenir au statut d'éboueurs. Le métier ne nécessite pas forcément une grande formation et est indispensable. J'aurais donc pensé ( dans un monde utopique et limite venant de la science fiction ) que ce genre de métiers seraient alternés selon les mois ou autre système. Je n'ai pas encore bien réfléchit mes paroles peuvent paraître floues, mais en fin de compte, tout se baserait sur la coopérative. Prenons les gens du quartier X, J'aurais pensé a un stage durant toute notre éducation, peut être par exemple durant nos années de collège, qui nous fournirait l'essentiel à savoir pour bien entretenir le quartier. Chacune des personnes du quartier X devront alternativement prendre soin de celui-ci. Bien sur je reconnais que ce système comporte énormément de faille ( notamment dans les lieux à haute influence ) et ne cherche à formater une seule sorte de métier. Mais j'avais cette idée de coopération pour pour le moins alléger les travaux pénibles.
M'étant égaré je répond pour conclure à ta question, je pense qu'il faut changer pour le début la vision du travail dans notre société, on arrive au lycée avec l'obsession de trouver un métier, et il vaut le faire vite. Et puis de nos jours le travail à une tendance à sembler pénible. Beaucoup de gens préféreraient rester chez eux plutôt que d'aller travailler chaque jours. Peut-être plusieurs causes... à débattre.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site