La pédagogie Freinet est-elle une solution pour sortir d'un système formaté?

Auteur  
# 28/01/2011 à 21:21 Dweel
Mécontent du système actuel dit traditionnel, j'ai décidé d'envisager l'alternative récemment proposé dans un lycée français, la Méthode Freinet. Cette méthode a été mise au point par Célestin Freinet, fondée sur l'expression et la liberté de l'enfant. Je pose donc cette problématique dans la thèse complétement subjective et empirique qui va suivre : La pédagogie Freinet est-elle une solution pour sortir d'un système formaté?


I)Mon indignation envers le système "traditionnel"

Pour moi, le principal défaut du système "traditionnel" est l'apprentissage par la peur. La,peur de l'échec, le peur de l'examen, la peur des mauvaises notes. J'entends de partout : " Si tu n'as pas le bac","Si tu ne réussis pas"... Cette esprit de compétitivité, toujours ce classement parmi les autres, jamais une envie de coopération, et la première opportunité offerte pour travailler en groupe arrive en classe de première avec les TPE ( Travaux personnels encadrés ). Tout dans l'école est formaté selon un programme précis, sans vraiment de volonté à se détacher, faire des activités sortant de l'ordinaire, ouvrir l'esprit des élèves, normal, la nouveauté effraye les gens. Je n'ai jamais vraiment compris, maintenant que j'en ai pratiqué, pourquoi ne pas avoir commencé l'apprentissage de la Philosophie avant la Terminale. Celle-ci nous apprend à penser par nous même, à développer notre raison. Sûrement car la plupart des élèves ne feront dans leur vie qu'une seule année de philosophie ou même aucune si ceux-ci ne vont pas au lycée. C'est en partie grâce à la philosophie que je me suis dis : " Je peux penser par moi même". Le système "traditionnel n'offre aucune possibilités concrètes culturelles. Nous n'avons d'apprentissage musical que "archiformatisé", comme seule approche, une magnifique flûte à bec! Les cours se base sur des musiques conforment au programme, aucune musique étudiée n'est autre que de la musique classique ( que j'adore en contrepartie ! ), ou des dits "cultes" de la chanson française, du genre : " Au revoir monsieur le professeur". Bizarrement aucune musique de rap n'est étudiée en France (alors qu'il y a une réel potentiel ! La France étant la deuxième ville "Hip-Hop" du monde), Ils considèrent ça comme une sous culture, bref nous ne pouvons souhaiter d'autres alternatives à la variété française. Je prends l'exemple du système allemand où dans la matière "Français", ils étudient des musiques du groupe "IAM". Les cours de musique ne sont que des textes écrits sur les différents genres de musique classique ou des morceaux déjà gravés sur une portée. Aucune fois on m'a proposé de composer un texte, une musique. Les morceaux devaient être joués à la note prêtes et un manquement encourrait à une mauvaise notation dans notre moyenne générale. Néanmoins, malgré cet apprentissage stupide, répété et insensé pour moi, j'aimais aller en cours de musique, car en somme j'adore la musique. Les cours de musique m'auront appris à lire une portée et connaître à travers le temps des notions de musique classique. Mais cet apprentissage a été fait de telle sorte que ça ne me laisse que de vagues souvenirs, comme si cet art m'aurait été inutile dans "leur vie de tous les jours".
Les horaires à l'école sont strictes et aucun manquement n'est possible, ce système militarisé est contrôlé par une sonnerie stridente qui indique aux moutons qu'il faut changer de lieu pour brouter. Aujourd'hui, perçut comme éprouvant, l'enseignement suscite moins de vocations. Une baisse drastique de postes offerts aux concours d'enseignants 2011, passant de 6500 postes dans le primaire en 2010, à 3000 en 2011, et 10000 en 2010 dans le secondaire et 8500 en 2011. Les chiffres communiqués par le ministère de l'éducation sont pour le moins inquiétants dans les candidatures aux concours d'enseignants. Dans le second degré, 21000 étudiants à la session de Novembre, contre 38249 lors de la précédente. Dans le premier degré, ils étaient 18000 contre 34952 précédemment. Et aujourd'hui, les lauréats ( grâce à cette magnifique réforme ) sont directement affectés dans des classes, alors même que la profession est perçue comme de plus en plus éprouvante à exercer.
Je pense sincèrement qu'un des seuls "métiers" pouvant changer une société est celui d'enseignant. L'Éducation est la base et plus importante des choses pour l'épanouissement de l'esprit et de la raison. Un métier non souhaité est forcément mal fait...
# 28/01/2011 à 21:32 Dweel
II) La méthodologie Freinet

cf : http://freinet.org/

1/ L'éducation est épanouissement et élévation et non accumulation de connaissances, dressage ou mise en condition.


2/ Nous sommes opposés à tout endoctrinement.

3/ Nous rejetons l'illusion d'une éducation qui se suffirait à elle-même hors des grands courants sociaux et politiques qui la conditionnent.

4/ L'école de demain sera l'école du travail.


5/ L'école sera centrée sur l'enfant. C'est l'enfant qui, avec notre aide, construit lui-même sa personnalité.


6/ La recherche expérimentale à la base est la condition première de notre effort de modernisation scolaire par la coopération.

7/ Les éducateurs de l'ICEM sont seuls responsables de l'orientation et de l'exploitation de leurs efforts coopératifs.


8/ Notre Mouvement de l'Ecole Moderne est soucieux d'entretenir des relations de sympathie et de collaboration avec toutes les organisations oeuvrant dans le même sens.


9/ Nos relations avec l'administration.

10/ La Pédagogie Freinet est, par essence, internationale.


Charte adoptée au Congrès de Pau de 1968

ICEM = Institut Coopératif de l'Ecole Moderne

Pour voir la Charte officiel tirée du lien : http://freinet.org/pef/charte.htm

La technique de travail traditionnel est tout entier basée sur la leçon faite par le maître, étudiée ensuite dans le manuel, avec la plupart du temps, des résumés appris par cœur et des devoirs d'application. L'élève se donne à l'éducateur tout juste assez pour éviter la punition, l'échec à l'examen pendant que le meilleur de son être continu à suivire la ligne vitale de ses intérêts profonds et de ses besoins. Le but de la pédagogie Freinet est de libéré l'éducateur et ainsi se donnait avec un amour complet de sa tâche. Les élèves s'épanouiraient enfin dans l'école à leur mesure; si les activités des uns et des autres se donnaient à 100%, comment le rendement scolaire ne serait-il pas décuplé lui aussi?
# 28/01/2011 à 21:33 Dweel
III) Mon expérience de la pédagogie Freinet

J'expérimente le projet Freinet depuis 3 ans. Depuis 3 ans, les enseignants ont instauré un Travail individualisé, des Ateliers, un Conseil de Coopération, et un Entretien du Matin.
Le travail individualisé consiste à prolonger et à approfondir les cours, principalement à rattraper nos lacunes dans certaines matières.
Les Ateliers servent à compléter le programme de la matière avec des activités ludiques et souvent extra-scolaires. Elles résultent à une production, par exemple, des débats philosophiques, des productions plastiques, des créations de textes musicales, tout ceci dans la coopération.
Le conseil de Coopérative sert à exposer les problèmes au sein de la classe, et tous ensemble les régler.
L'Entretien du matin consacre une demi-heure chaque matinée pour parler de ce que les élèves veulent, pour en théorie, viser à abolir les bavardages en classe.
Mais les choses comme nous les expérimentons ne sont pas les mêmes que la vision théorique de cette méthode. Le travail individualisé devenant simplement le prolongement obligatoire des cours, Les Ateliers ne sont plus que des activités "types BAC", dans l'esprit de la réussite de cet examen. Le conseil de coopérative devient une demi-heure d'administration et une demi-heure de "glandouille". Enfin l'Entretien du matin s'est progressivement abolit au cours des années. Malgré cela, ce but est utopique, et donc très difficilement atteignable, ce n'est qu'un projet où les profs sont vraiment là pour nous, à notre écoute, où il existe une réelle coopération entre nous. Pour moi, la source du problème est l'encrage dans le système traditionnel de cette expérimentation. Comment réussir le baccalauréat ou le Brevet qui sont des examens de sorti d'un système "traditionnel" si les méthodes diffèrent totalement? Le but de la pédagogie Freinet est à la source "Anti-examen". Voilà pourquoi le projet se détourne et se conforme de plus en plus dans du "traditionnel". Malgré tout, j'éprouve un profond respect à ce projet révolutionnaire qu'est la pédagogie Freinet et souhaite qu'il perdure pour enfin que les enfants soient heureux d'aller à l'école s'épanouissent dans la voie de la raison.

Conclusion :

A mes yeux, le système traditionnel ne sert qu'a engendrer des humains dans le but de faire marcher LEUR monde. Pour cela, ils n'ont pas besoin de penser, juste d'appliquer telle ou telle formule, telle ou telle démarche. Ils sont bien dans leur système qu'ils gouvernent, pourquoi le feraient-ils changer? Ils ne sont qu'une minorité à avoir le pouvoir, de la démocratie, nous passons de plus en plus à une oligarchie ( voir pour les intéressés : http://www.passerellesud.org/Herve-Kempf-L-oligarchie-ca-suffit.html ). Ils créent de nouveaux objets pour les exploiter toutes leur vie, et ainsi changer le vieux par du neuf. La pédagogie Freinet utopique serait la solution à cette éducation militarisé et individualiste, mais actuellement les projets mis en place manquent de temps, d'expérience et de liberté. Mais c'est un pas en avant pour la raison


Article écrit pas Dweel

J'aimerai quelques conseils, questions pour peut-être envisager de le mettre après modifications sur le blog.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site